TOUR OCCITANIE : NON MERCI !

 

Quel nouveau tour va-t-on nous jouer à Toulouse le 27 février ?

Nous venons d’apprendre par l’article en lien de la Dépêche du Midi que le président associé de la Compagnie de Phalsbourg en charge du projet « Tour Occitanie » venait à Toulouse pour une soirée de présentation organisée le 27 février prochain par le Wine & Business Club dans les salons des Jardins de l’Opéra :

https://www.ladepeche.fr/2020/02/10/la-compagnie-de-phalsbourg-invitee-du-wine-business-club,8723207.php

Les Amis de la Terre Midi-Pyrénées, le Droit au Logement 31, la Fédération France Nature Environnement Midi-Pyrénées et l’association Non au gratte-ciel de Toulouse appellent à un rassemblement pacifique (déclaré en préfecture) le 27 février de 18h30 à 21h00 sur la place du Capitole pour alerter l’opinion sur ce nouvel épisode.

En effet, le promoteur vient-il à Toulouse sans intentions, en pleine campagne des municipales, 17 jours avant le 1er tour et à deux pas de la Mairie ? Un agenda de communication sur les nombreuses critiques dont la Tour Occitanie a fait l’objet est-il à l’ordre du jour ?

Nous rappelons que, dans le cadre de la Loi sur l’eau, les travaux de la tour Occitanie ne peuvent en aucun cas commencer sans que la Compagnie de Phalsbourg ait fourni au préfet une étude complète sur les eaux souterraines (effet barrage) et que celui-ci en ait donné l’autorisation suite à la réunion d’un comité consultatif dont les prochains rendez-vous sont prévus le 3 mars puis le 23 avril.

Nous rappelons que le Tribunal Administratif de Toulouse doit statuer prochainement et sereinement sur les recours pour l’annulation de la décision de modification du PLU de Toulouse (dite PLU MS1 / abandon du logement social et réduction du stationnement vélos), ainsi que pour celle relative au permis de construire du gratte-ciel.

Alors que les dernières prises de positions publiques du MEDEF Haute-Garonne pourraient inciter nos édiles à financer ce projet rétrograde et inadapté situé en marge du quartier d’affaires de Matabiau, nous voulons mettre sous les projecteurs ces nouveaux conciliabules dans le cadre restreint et élitiste d’un club très fermé de chefs d’entreprise et nous demandons toute la lumière sur ces pratiques.

Non, nous ne voulons pas d’un mauvais « remake » toulousain de l’annonce du projet de gratte-ciel de Matabiau faite au Mipim de Cannes en 2017 !

 

Téléchargez ici notre flyer contre la Tour


Depuis mars 2016, un projet immobilier, d’une envergure inédite à Toulouse, s’élabore dans une opacité absolue : la Tour Occitanie.

HISTORIQUE DU PROJET

C’est seulement en mars 2017, à l’occasion du Marché international des professionnels de l’immobilier (Mipim) de Cannes, que le projet de construire un gratte-ciel de 150 mètres de hauteur sur le site de l’ancien tri postal près de la gare Matabiau a été dévoilé par le maire et président de Toulouse Métropole, Jean-Luc Moudenc. Les Toulousains ont donc appris la nouvelle par voie de presse, l’annonce officielle n’étant intervenue que le 13 juillet 2017.

À la suite du concours lancé par la SNCF, propriétaire du terrain, c’est « La Compagnie de Phalsbourg », promoteur-investisseur, qui a été choisie pour réaliser cet immeuble de grande hauteur (IGH), qui devrait accueillir, sur 34 000 mètres carrés, un hôtel 4 étoiles, un restaurant, des logements de luxe, des bureaux et des commerces.
Suggéré par des promoteurs immobiliers, ce projet de tour a été décidé par un nombre très restreint de personnes, sans qu’il n’y ait eu ni informations ni consultations préalables de la population. Il s’agit d’un déni total de démocratie locale.
Réunis dans le collectif « Non au gratte-ciel de Toulouse », nous avons décidé de dire Non à ce projet de tour, car nous ne voulons pas :

  • Être spectateurs de la destruction du paysage urbain de Toulouse ;
  • Laisser porter atteinte à la biodiversité et à l’intégrité du canal du Midi, voisin du projet, classé au patrimoine mondial de l’Unesco et site classé au regard du code de l’environnement ;
  •  Subir la détérioration de la qualité de vie des Toulousains : pollution et augmentation du trafic automobile, ombres portées, réverbération ;
  •  Être écologiquement irresponsables face à un projet au bilan carbone d’une autre époque, alors que dès 2020 l’énergie positive, absente de ce projet, sera obligatoire pour les constructions neuves ;
  •  Assister à la spéculation immobilière à laquelle un tel projet va contribuer et qui laisse présager une hausse des loyers et du coût de la vie, ainsi qu’une perte de convivialité dans les quartiers alentour ;
  • Financer par nos impôts les aménagements nécessaires à ce projet d’initiative privée : accessibilité au bâtiment, réfection de la voirie, etc., qui seront à la charge de la Métropole ;
  • Subir des décisions de grande ampleur prises sans que les citoyens n’aient la possibilité de donner leur avis.

À coups de belles images de synthèse, les décideurs de ce projet tentent de nous faire croire que la présence de quelques arbustes en pots disposés en terrasses peut transformer cette tour en construction moderne aux normes écologiques responsables.
C’est faire abstraction du coût environnemental et énergétique que représentent la construction et l’entretien d’un gratte-ciel.

Même si certains voient dans ce projet un geste architectural, nous pensons que la modernité impose au contraire une certaine sobriété et une réflexion sur les enjeux d’avenir, environnementaux, sociétaux et économiques, auxquels Toulouse va devoir faire face.

Pour pouvoir imposer leur projet à la population, le maire de Toulouse et le promoteur voudraient que la construction de la Tour Occitanie débute dès 2019, afin, d’une part, que la construction échappe à l’obligation d’énergie positive (effective en 2020) et puisse se faire avec des normes environnementales vieilles de 10 ans et, d’autre part, d’éviter une éventuelle remise en cause du projet lors des élections municipales de 2020.
Les Toulousains doivent pouvoir se prononcer démocratiquement avant que ce projet ne soit lancé.

Ne laissons pas des promoteurs immobiliers dicter la politique urbaine de notre ville. Toulousains, habitants de la Métropole et amoureux de cette ville, aidez-nous en signant et en partageant cette pétition !

SIGNEZ LA PETITION ICI
Merci à vous