TOUR OCCITANIE : NON MERCI !

Communiqué de Presse

12 Octobre 2020

Tour Occitanie : a-t-on bien présenté le dossier à Madame Wargon ?

Le 12 Octobre 2020, Madame Emmanuelle WARGON, Ministre déléguée auprès de la ministre de la transition écologique Barbara Pompili, a affirmé que « …la tour Occitanie rendra beaucoup de services à la ville… ». Les associations qui ont déposé un recours contre ce projet, s’étonnent de cette prise de position et constatent que manifestement la Ministre a été mal renseignée.

Nous sommes surpris – voire véritablement choqués – d’entendre la Ministre, en sa qualité, donner ouvertement son soutien à un projet privé qui est encore sous le coup de deux recours contentieux non encore jugés. Les porteurs de ces contentieux n’ont d’ailleurs pas été consultés par la Ministre.

En matière de Transition écologique : la Tour est une aberration

Dans le recours qu’elles portent ensemble, les associations « Non au gratte-ciel de Toulouse », France Nature Environnement Midi-Pyrénées », « Les Amis de la Terre Toulouse », et « Droit au Logement 31 », relèvent les nombreux impacts négatifs de la tour en matière écologique, climatique et énergétique :

  • consommation importante et non renseignée en énergie (pas d’énergies renouvelables, climatisation à tous les étages, etc.),
  • consommation d’une grande quantité de béton pour sa construction (matériau très émetteur de gaz à effets de serre pour sa production, ouverture de gravière, où ? etc.),
  • augmentation du trafic automobile non évaluée (a minima 500 véhicules/jour en +) et donc de la pollution atmosphérique,
  • des conséquences non renseignées sur le système hydraulique souterrain.

Sans compter les risques majeurs, car le projet est situé le long d’un axe de transport de matières dangereuses et dans une zone potentiellement sensible en cas d’inondations, et une grande vulnérabilité aux aléas météorologiques et climatiques, là non plus non évaluée.

Le Ministère du Logement étant rattaché à celui de la Transition Ecologique, l’absence de prise en compte par la Ministre des enjeux environnementaux ne peut manquer de surprendre.

Urbanisme : il y a d’autres moyens de lutter contre l’étalement urbain que d’édifier à 150 m de hauteur

La Ministre invoque la nécessité de densifier, ce qu’à aucun moment nos associations remettent en question, mais une tour de 150 m de haut abritant un hôtel cinq étoiles, des commerces et des logements de luxe n’est pas une solution sérieuse. La Municipalité devrait déjà commencer par stopper l’artificialisation des zones agricoles et naturelles, le Plan Local d’Urbanisme prévoit encore la consommation de 175 ha de terres naturelles ou agricoles par an. Et pour reconstruire la ville sur la ville d’autres modèles d’urbanisation plus dense existent depuis longtemps et qui ne nécessitent pas d’édifier à de telles hauteurs (quartier des Chalets, avenue de la Gloire…)

Logement : contrairement à ce qu’affirme Madame WARGON, il n’y aura pas de logements sociaux dans la tour Occitanie

Ce n’est pas un projet global, il n’existe pas actuellement de plan global des futures constructions. Il n’y aura pas de logements sociaux dans la Tour Occitanie, sa conception dispendieuse et les coûts de son entretien ne le permettent pas. Le PLU a été modifié dans ce sens, un recours en justice contre ces modifications, porté par « Non au gratte-ciel de Toulouse » et le « DAL 31 », est en cours. Des logements, dit logements sociaux, seront répartis sur tout le périmètre sans qu’on ait eu jusqu’à présent de garanties que des logements à louer, destinés aux toulousains les plus précaires (de type PLAI) feront partie du projet et ce dans une proportion suffisamment notable pour absorber un peu du besoin des plus de 20 000 demandeurs…

C’est pourquoi nos associations vont interroger par écrit Madame la Ministre ainsi que Madame Pompili, Ministre de la transition Ecologique, afin d’obtenir des explications sur l’incohérence entre les engagements du gouvernement pour la transition écologique et la prise de position de Madame Wargon en faveur du projet de gratte-ciel toulousain.

Dans une période où les enjeux environnementaux, sociaux, sanitaires, sont aux premiers plans des préoccupation des citoyens, on ne peut que paraphraser Barbara Pompili qui déclarait à l’occasion des dégâts de la tempête Alex : « Ne pas penser aux évènements climatiques majeurs, c’est une erreur majeure »,

En soulignant également que ne pas prendre en compte les impacts écologiques, climatiques, sociaux et les risques majeurs est une erreur majeure.

Signataires : Non au gratte-ciel de Toulouse – France Nature Environnement Midi-Pyrénées – Droit au Logement 31


Suite à la réélection du maire sortant de Toulouse, nous renforçons notre veille juridique car  le promoteur « La Compagnie de Phalsbourg » cherche à obtenir des aides publiques gouvernementales pour pouvoir commencer les travaux dans les semaines ou dans les mois qui viennent, quitte à solliciter des aides supplémentaires locales directes ou indirectes si ce projet n’était pas rentable dans les prochaines années post Covid19.
Nous, les 3 autres associations et des particuliers pour le recours contre le permis de construire, maintenons les 2 procédures en cours :

  • D’une part, le recours en annulation du permis de construire de la tour ; à cet effet, notre avocate va rédiger et envoyer avant le 24 août 2020 prochain 1 mémoire en réplique à la mairie de Toulouse et 1 au promoteur, qui aboutira à une audience devant le Tribunal administratif au 1er trimestre 2021.
  • Et d’autre part, le recours contre la modification du Plan Local d’Urbanisme de la Ville de Toulouse qui autorise le promoteur à ne pas prévoir de logements sociaux dans le gratte-ciel et y réduire le stationnement vélos ; ce recours va prochainement être examiné et jugé par le Tribunal Administratif au 1er trimestre 2021.

Il nous faut réunir 3360 euros pour finaliser ce travail complexe et remarquable mené par nos avocates ; nous faisons appel au soutien des  Toulousain.e.s et des personnes attachées à Toulouse.

Sans notre appel à l’opinion publique et sans notre stratégie judiciaire, il y aurait aujourd’hui un grand trou béant à la gare Matabiau car les travaux devaient débuter au premier trimestre 2019 selon les plans initiaux de Jean-Luc Moudenc et du promoteur.
Nous sollicitons à nouveau le public aujourd’hui pour définitivement faire annuler ce projet démesuré.

Pour adhérer ou faire un don en ligne :
https://www.helloasso.com/associations/non-au-gratte-ciel-de-toulouse-collectif-pour-un-urbanisme-citoyen/
Pour adhérer ou faire un don par courrier, envoyez un chèque à l’ordre de  » Non au gratte-ciel de Toulouse  » à l’adresse :
Non au gratte-ciel de Toulouse
5, rue Guillemin Tarayre – 31000 Toulouse

Téléchargez ici notre flyer contre la Tour


Depuis mars 2016, un projet immobilier, d’une envergure inédite à Toulouse, s’élabore dans une opacité absolue : la Tour Occitanie.

HISTORIQUE DU PROJET

C’est seulement en mars 2017, à l’occasion du Marché international des professionnels de l’immobilier (Mipim) de Cannes, que le projet de construire un gratte-ciel de 150 mètres de hauteur sur le site de l’ancien tri postal près de la gare Matabiau a été dévoilé par le maire et président de Toulouse Métropole, Jean-Luc Moudenc. Les Toulousains ont donc appris la nouvelle par voie de presse, l’annonce officielle n’étant intervenue que le 13 juillet 2017.

À la suite du concours lancé par la SNCF, propriétaire du terrain, c’est « La Compagnie de Phalsbourg », promoteur-investisseur, qui a été choisie pour réaliser cet immeuble de grande hauteur (IGH), qui devrait accueillir, sur 34 000 mètres carrés, un hôtel 4 étoiles, un restaurant, des logements de luxe, des bureaux et des commerces.
Suggéré par des promoteurs immobiliers, ce projet de tour a été décidé par un nombre très restreint de personnes, sans qu’il n’y ait eu ni informations ni consultations préalables de la population. Il s’agit d’un déni total de démocratie locale.
Réunis dans le collectif « Non au gratte-ciel de Toulouse », nous avons décidé de dire Non à ce projet de tour, car nous ne voulons pas :

  • être spectateurs de la destruction du paysage urbain de Toulouse ;
  • laisser porter atteinte à la biodiversité et à l’intégrité du canal du Midi, voisin du projet, classé au patrimoine mondial de l’Unesco et site classé au regard du code de l’environnement ;
  • subir la détérioration de la qualité de vie des Toulousains : pollution et augmentation du trafic automobile, ombres portées, réverbération ;
  • être écologiquement irresponsables face à un projet au bilan carbone d’une autre époque, alors que dès 2020 l’énergie positive, absente de ce projet, devient obligatoire pour les constructions neuves ;
  • assister à la spéculation immobilière à laquelle un tel projet va contribuer et qui laisse présager une hausse des loyers et du coût de la vie, ainsi qu’une perte de convivialité dans les quartiers alentours ;
  • financer par nos impôts les aménagements nécessaires à ce projet d’initiative privée : accessibilité au bâtiment, réfection de la voirie, etc., qui seront à la charge de la Métropole ;
  • laisser défigurer notre ville par des bâtiments sans âme qui représenteront peut-être le prochain échec économique et architectural de Toulouse ;
  • subir des décisions de grande ampleur sans que les citoyens n’aient la possibilité de donner leur avis.

À coups de belles images de synthèse, les décideurs de ce projet tentent de nous faire croire que la présence de quelques arbustes en pots disposés en terrasses peut transformer cette tour en construction moderne aux normes écologiques responsables.
C’est faire abstraction du coût environnemental et énergétique que représentent la construction et l’entretien d’un gratte-ciel. Même si certains voient dans ce projet un geste architectural, nous pensons que la modernité impose au contraire une certaine sobriété et une réflexion sur les enjeux d’avenir, environnementaux, sociétaux et économiques, auxquels Toulouse va devoir faire face.

Ne laissons pas des promoteurs immobiliers dicter la politique urbaine de notre ville. Toulousains, habitants de la Métropole et amoureux de cette ville, aidez-nous en signant et en partageant cette pétition !

SIGNEZ LA PETITION ICI
Merci à vous