Lettres au Maire de Toulouse

Monsieur le Président de Toulouse Métropole
6 rue René Leduc – BP 35821
31505 Toulouse Cedex 5

Toulouse, le 06 Mars 2018

Monsieur le Président,

Après plusieurs années de participations aux Ateliers du partenariat TESO, nous arrivons, de manière unanime, au constat amer du mépris et du rejet des nombreuses contributions, écrites ou orales, proposées par les Associations signataires.

Le projet présenté à ce jour ne prend pas en compte les points dénoncés ou proposés par les membres des Ateliers et démontre que la concertation mise en place n’est qu’une concertation de façade.
Pourtant, dans les articles de presse qui y sont consacrés, dans les documents officiels liés au partenariat TESO, nous ne manquons pas de lire que ce Projet Urbain est élaboré en collaboration avec les Associations et les Habitants du Quartier.

C’est pourquoi, une nouvelle fois, nous tenons à dénoncer les points sur lesquels nous n’avons de cesse de réagir, depuis le début des Ateliers, tout en proposant des alternatives :

  • Ce que nous dénonçons depuis le début des Ateliers :

« Le Beau devant, le Moche derrière! »

  • A la suite de la première modification simplifiée du PLU, que restera t-il de la mixité sociale?
  • Aucune prise en compte de l’identité actuelle des Quartiers (valorisation des bâtiments existants, …).
  • Aucune amélioration apportée aux Quartiers existants.
  • Pas de cohérence des projets inter connecté avec le partenariat TESO (Cœur de Quartier, Linéo, TAE, …)
  • Densification outrancière: Hauteurs démesurées ne s’intégrant pas dans le tissu urbain existant (Avenue de Lyon, Saint Laurent, Périole, …),
  • Tour de passe-passe sur la Tour Occitanie, dont les promoteurs ont été informés, en amont de la modification du PLU, de la possibilité de construire à 150 mètres.
  • Aucun lieu de rencontre apaisé pouvant rappeler l’extension du Centre-Ville (Espaces Publiques avec Café, Cinéma, Théâtre, Sportifs…)
  • Quasi inexistence d’équipements publics d’envergure. (Ecole, Lycée, Administrations ….)
  • Incertitude flagrante sur le devenir des commerces de proximité existants
  • Typologie et positionnement de nouveaux commerces inadaptés (Trop éloignés du Pôle d’Echange Multimodal de Marengo).
  • Incertitude sur le taux de remplissage des surfaces de bureaux qui seront en concurrence frontale avec les zones situées à Labège, Saint Martin, Blagnac….
  • Maintien et aggravation de la prépondérance automobile engendrée par la création de parkings.
  • Création d’un gigantesque goulot d’étranglement au niveau du Pont Raynal (Nouvelles voies de circulation, nouveau accès à la gare SNCF, les bus et futur Linéo paralysés…).
  • Quasi inexistence d‘axes apaisés et réservés aux piétons et vélos en connexion avec les quartiers environnants.

Les schémas directeurs PIETON, VELO et BUS ne trouvent pas leur déclinaison dans ce projet.

  • Absence de places de parkings vélos.
  • Dimensionnement et qualité des Espaces Verts dérisoire.
  • Insuffisance de la « Trame Verte et Bleue », un des axes majeurs décrit dans le PADD du PLUiH.
  • Augmentation de la pollution à l’opposé des résultats attendus de la Coop21 et du Grenelle 2.
  • Aucune cohérence avec les objectifs du Plan Climat et du Projet Mobilités. (Absence de création de sites propres pour les bus, notamment Lineo)
  • Nous ne distinguons pas dans ce projet un plan d’action pour lutter contre la pollution de l’air. L’objectif de « Rendre les Villes Respirables d’ici 5 ans » ne sera pas atteint.

Par ailleurs, au regard des enjeux et du périmètre concernés, il est indispensable que la Concertation dédiée soit prolongée, à minima, d’un mois.

Nous demandons que de nouveaux Ateliers soient rapidement organisés, permettant une réelle prise en compte des Contributions exprimées lors des différentes Concertations.

Nous demandons également que les demandes de permis de construire figurant dans le périmètre de la ZAC soient gelés dans l’attente du résultat de la phase de Concertation et des Ateliers qui en découlent.

Nous attendons de vous que le titre de cette Concertation, « Toulouse se transforme avec vous« , ne reste pas un slogan cosmétique.

Il est encore temps que ce Projet Urbain respecte la Concertation avec les Habitants.

Dans l’attente d’une prise en compte des raisons de cette colère, les Associations et Collectifs soussignés vous prient de croire, Monsieur le Président, à nos salutations distinguées.

Associations et Comités Signataires:

  • 2P2R Quartier 4.1
  • Bien Vivre à Saint Aubin
  • Conseil Syndical 3 Bd des Minimes
  • Cheminots Saint Laurent
  • Ensemble à Tout Age
  • Etoile de Belfort
  • Ilot Lapujade
  • JL ZITTER – Jolimont Colonne
  • Michel Ange
  • JM DUFOUR – Minimes Barrières de Paris
  • Minimes Raisin
  • Non au Gratte-Ciel de Toulouse



Toulouse, le 24 octobre 2017
Monsieur le Maire, Monsieur le Président,

À l’origine de notre collectif, un gratte-ciel « tombé du ciel » en mars 2017, date à laquelle nous avons appris par la presse, comme tous les riverain.e.s, tous les Toulousain.e.s et plus largement tous les habitants.e.s de la Métropole, le projet d’« Occitania Tower » que vous avez dévoilé au salon immobilier Mipim de Cannes.

Nous avons d’emblée constaté un déni total de démocratie locale dans cette affaire, puisque ni les riverain.e.s ni la population de Toulouse et de l’agglomération n’avaient été consultés, ni même informés, avant la prise de décision de construire un gratte-ciel à la gare de Toulouse, entre rails et canal du Midi, en plein centre-ville de Toulouse déjà bien congestionné.

Et quel gratte-ciel : un projet irréalisable tel qu’il est imagé sur l’esquisse alléchante des architectes, qui nous racontent que c’est le canal qui va se prolonger et s’enrouler autour de l’immeuble : il n’y aura bien sûr ni platanes ni pins parasols dans les jardinières des étages, pas plus que de vitrages bombés aux fenêtres, transformant ainsi la douceur des courbes du dessin en facettes agressives et disgracieuses, comme on l’a déjà bien trop vu. Et contrairement à toutes les constructions modernes, la tour Occitanie ne revendique même pas l’ambition d’une conception à énergie positive.

Aujourd’hui, plusieurs mois après que vous avez confirmé, le 13 juillet dernier, la décision de construire la Tour Occitanie, vous décidez de « dialoguer » avec la population, si l’on en croit la déclaration à France 3 de votre adjointe à l’urbanisme le 4 octobre dernier. Nous souhaitons vivement que vous envisagiez de rediscuter du projet et des problèmes que pose ce gratte-ciel là où il est programmé. Ce « dialogue » que proposent la Mairie de Toulouse et Toulouse Métropole offre-t-il la possibilité d’un report du projet jusqu’aux prochaines élections municipales ?

En effet, l’édition d’automne de la revue de Toulouse Métropole, TIM, diffusée à 150 000 exemplaires dans toute l’agglomération, reporte à 2024 la construction de la tour Occitanie (voir p. 13), alors que vos services de communication ont depuis mars 2017 fixé sa date de livraison à 2022 ? Cela ne peut qu’augmenter la confusion qui a dominé ce dossier depuis le début ! Qu’en est-il exactement ? De plus, les représentants du promoteur, la Compagnie de Phalsbourg, nous ont précisé lors d’un échange, après la commission de quartiers Chalets-Bayard-Belfort-St-Aubin du jeudi 18 octobre au Capitole, que la vente du terrain par SNCF Immobilier ne serait effective qu’à la délivrance du permis de construire du gratte-ciel.

Avant toute prise de décision, les riverains auraient souhaité connaître les conséquences de l’édification d’un tel gratte-ciel, qui pose de nombreuses problématiques techniques :

− quid de l’impact des ombres portées de ce gratte-ciel sur les quartiers limitrophes (étude rue par rue et secteur par secteur selon les heures de la journée et les saisons) ?

− mêmes inquiétudes vis-à-vis des phénomènes de réverbération et des effets d’éblouissement constatés par ailleurs en de multiples endroits où sont présents des bâtiments aux surfaces vitrées importantes ;

− pollution et dégradation environnementale : quels seront les effets de la réalisation de ce chantier dans cette étroite proximité avec les abords du canal du Midi, et quelles mesures seront prises pour garantir la protection de son patrimoine végétal déjà fortement fragilisé par la pandémie dont il est victime… ?

− quid de la réalisation des infrastructures du bâtiment sur un terrain aussi exigu et au sous-sol instable si on en juge par les problématiques rencontrées lors des constructions voisines : médiathèque et station de métro Marengo (des fissures seraient constatées dans les sous-sols du parking Vinci de l’Arche Marengo) ?

− quid de l’aménagement végétal… ? C’est un leurre de croire que la végétalisation du gratte-ciel sera conforme aux images… ? Au vu de l’arsenal de réglementations qui s’appliquent aux immeubles de grande hauteur (IGH), si en plus il faut y ajouter les contraintes d’entretien d’une « forêt »…, la problématique de l’effet arboré de la tour sera assurément remise en cause tant par les ingénieurs que les promoteurs de ces images…

Avant toute prise de décision, les riverains auraient souhaité avoir des éclaircissements sur :

− la hausse des loyers dans l’environnement de ce projet destiné à devenir le coeur d’un quartier
d’affaires. En effet, depuis plusieurs mois, ils constatent une certaine fébrilité de la part des agences immobilières dans tout le secteur, ce qui laisse présager de la spéculation immobilière, une gentrification de tous ces quartiers avec perte du caractère populaire et convivial, véritable stérilisation de la vie en ville ;

− l’augmentation de la circulation automobile induite par le développement de l’activité dans le secteur ;

− la position des Bâtiments de France sur la notion de co-visibilité avec le patrimoine classé toulousain ;

− le poids qu’aura l’avis donné par les Bâtiments de France lors de l’instruction du permis de construire.

Pour conclure, rappelons qu’un plan guide avait été élaboré pour aménager l’ensemble du quartier de la gare, et que le projet d’une tour de 150 m à l’emplacement prévu pour la tour Occitanie n’y figurait pas. À partir du travail déjà fait, nous demandons qu’une concertation publique soit relancée confrontant experts et population des quartiers pour débattre de l’ensemble du projet avec ou sans la tour Occitanie afin de recueillir l’avis du plus grand nombre. C’est la seule démarche qui puisse apaiser l’inquiétude des riverain.e.s telle que nous venons de vous la présenter et satisfaire aux exigences de la démocratie moderne du XXIe siècle.

Nous vous remercions de votre attention et vous prions d’agréer, Monsieur le Maire, Monsieur le Président, l’expression de nos salutations respectueuses.

Le Collectif « Non au gratte-ciel de Toulouse »

Réponse du Maire de Toulouse

le 12 décembre 2017

Lettrelettre2lettre3lettre4lettre5lettre6